institutionssssss - le pire esprit de contrariété !

J'ai compris quelque chose avec ma dernière visite au médecin conseil de ma mutualité, mais aussi avec la dernière aux services de l'ONEM ...

Peu importe qui on est, peu importe notre état de bonne volonté pour travailler ou notre état de santé. Ce qui compte c'est de plaire ou de déplaire à la personne qui nous reçoit. C'est donc aussi la manière dont on présente les choses.

Pendant des années, femmes combatives qui ne voulait absolument pas baisser les bras, j'avais encore suffisamment la santé que pour refuser de vivre de la mutualité et demander à ce qu'on me laisse continuer à tenter ma chance au chômage comme demandeuse d'emploi.

J'étais beaucoup moins affaiblie par mon excès de poids que maintenant et moins de comorbidités m'avaient atteintes, celles qui étaient là, me touchaient moins fort.

Les médecins conseils de l'époque se refusaient à me voir redevenir demandeuse d'emploi, j'ai dû insister, signer un papier comme de quoi il s'agissait bien de ma demande.

Au FOREM, à l'ONEM, pendant des années je me suis présentée en femme forte qui voulait travailler. J'avais tout essayé, repris tous les cours que je pouvais reprendre, accepté tous les modules qu'on pouvait me proposer.

La seule chose que je laissais voir quand je me présentais chez eux était un léger essouflement si j'avais dû monter des marches et une difficulté avec les largeurs de chaises si elles avaient des accoudoirs pour m'asseoir et me lever.

Je me suis vue lors d'une rencontre au FOREM conseillée de m'adresser à un service où je pourrais travailler sous le couvert d'un handicap parce qu'on ne savait plus comment faire pour m'aider.

Revirement de situation : Depuis quelques mois, mon corps se venge et ma santé décline. Il est de plus en plus visible que je ne suis plus apte à assumer un emploi même si l'envie profonde m'est restée ; je ne crâne plus, j'accepte qu'il me faut me soigner d'abord avant de penser à retravailler au moins un peu ... je suis encore trop jeune pour renoncer complètement à être utile à la société.

Je ne pourrais sans doute plus atteindre le deuxième étage sans un ascenceur et si je suis restée assise quelques minutes sur une chaise, l'engourdissement est tel que je mets du temps à me lever, quelques pas m'essoufles, j'ai même difficile de parler. Même sur mon visage, il est possible de voir que je ne vais pas bien. J'ai les traits tirés, des cernes que je ne pourrais pas cacher même avec un bon maquillage. La liste de mes problèmes de santé que je présente aux rendez-vous chez le médecin conseil s'est bien allongée.

Pourtant, maintenant qu'il serait bien nécessaire que je puisse passer une plus longue période sur la mutuelle et me soigner, maintenant que c'est moi qui le souhaite ; la "doctoresse" qui m'a reçue a nié mes problèmes et fait on ne peut plus fortement sentir qu'elle me croyait fainéante. Les menaces de me renvoyer au chômage contre mon gré ont été la seule chose que j'ai entendue sur le petit quart d'heure que je suis restée dans son bureau. Elle a même refusé de noter toutes la liste de médicaments que je prends quotidiennement car m'a-t-elle dit "il n'est pas possible de prendre autant de médicaments depuis aussi longtemps et d'être encore là comme vous l'êtes" !

Depuis ce rendez-vous, je n'ai cessé de me demander pourquoi ? Pourquoi cette différence d'attitude, pourquoi me nie-t-on ?

Simple je pense ... j'ai parlé livre et association ...

Ce que j'ai perçu ... un soupçon de jalousie (qui n'a vraiment pas lieu d'exister) car la grosse patate qui se trouvait devant eux avait su réussir des choses qu'elles ne feraient jamais.

Et si je me trompe, que leur méchanceté à mon égard venait d'ailleurs, elle ne vaut sans doute pas mieux. A la manière dont j'ai été regardée de haut en bas par cette personne qui est quand même censée être médecin, j'ai le droit de me tromper et d'être en colère.

Pourquoi j'affirme celà ?

La doctoresse qui m'a reçue avait dû beaucoup discuter, ça avait plutôt chauffé avec la personne précédente ; il était tard, j'étais dans dernières personnes qu'elle avait à recevoir. Quand je me suis trouvée face à elle, j'ai vu une femme très mince, très fatiguée, encore en colère qui devait en avoir marre du comportement des gens qui se présentent devant elle.

Qui ai-je vu moi, devant moi ? Un être humain qui devait déjà assez en baver comme ça et à qui je devais le respect.

Qu'ai-je donc fait ? J'ai fait profil bas, j'ai parlé le plus calmement possible, j'ai fait de mon mieux pour être souriante, aimable, claire dans mes propos en répondant à ses questions.

Elle était déjà assez "agressive" dans sa manière de me parler, mais j'avais décidé de lui pardonner, je me rendais bien compte de la difficulté de son métier, et des rencontres désagréables qu'elle devait faire sur une journée.

J'avais préparé quatre pages format A4 pour expliquer tout ce dont je souffrais depuis quelques mois, et une autre page remplie avec la liste des médicaments que je prenais.

A la question "autres activités madame ?" ; j'ai répondu par l'affirmative, mon livre ... BOLD ... les émissions de tv, radio, interview pour la presse écrite surtout pour la promotion de l'association à laquelle je tiens.

Question de la "doctoresse" : "Ai-je fait une émission de tv depuis que je suis sur la mutuelle ?"

- non docteur, pourquoi ?

- Vous n'avez pas le droit d'en faire sans notre autorisation !

- Ah ! je ne comprends pas pourquoi mais je l'accepte. Comment fait-on pour obtenir cette autorisation ?

- Peu importe, vous n'avez pas le droit de faire quoi que ce soit vous êtes quand même censée être malade, il ne faut pas exagérer.

- Je suis bien d'accord avec vous docteur, mais pourriez vous me dire quelle est la procédure à suivre si le cas se présentait pour obtenir l'autorisation de participer à une émission de télévision, l'enjeu est quand même important.

- Si vous êtes capable de participer à une émission de tv, vous êtes capables de travailler !

- Je ne vois pas le rapport, vu qu'il s'agit de moins d'une demi journée pour une émission de tv, mais je suis d'accord pour si je recevais encore une invitation pour participer à une autre émission pour en demander l'autoristion. Comment fait-on ?

(Je crois bien que là, le ton de ma voix avait dû commencer à changer car j'étais un peu excédée.)

La doctoresse a changé de sujet sans me répondre.

- Que prenez-vous comme médicaments ?

Là je prends ma liste et veux commencer à la lui lire car je voulais détailler et aussi poser des questions. La doctoresse me prend mon bloc de feuilles des mains et note ceux qui concerne mon diabète, somnifère et calmant. Je lui fais remarquer qu'elle en a oublié, elle me dit qu'elle ne voit aucune raison de noter les autres que ce sont des médicaments qu'on ne prend pas sur un long terme et qu'ils n'ont rien à voir ici.

Je lui fais remarquer que je prends tous ces médicaments, y compris les anti douleurs depuis de nombreuses semaines, depuis en fait le début de ma mise sur la mutuelle par mon médecin traitant ; elle me repousse mon bloc de feuilles et refuse de noter.

Elle se lève pour prendre un formulaire, le rempli sans m'écouter, me le tend et m'ordonne de le remettre à mon médecin traitant, me fait savoir que pour elle, je n'ai aucune raison de ne pas travailler et que je dois cesser de me chercher des excuses.

Elle me demande d'accepter de retourner sur le chômage, je lui oppose un refus en essayant de lui faire noter au minimum ma liste de médicaments vu qu'elle ne voulait pas entendre parler de ce dont je souffrais. Pour toute réponse, j'ai eu une menace "bien, si vous ne voulez pas y retourner de vous-mêmes, de toutes façons moi je vous y renverrais !"

Elle s'est levée et postée près de la porte de son bureau, j'ai compris qu'elle souhaitait que je sorte. J'ai tenté de lui serrer la main en sortant par politesse, pour dire au revoir, mais elle a préféré tenir la poignée de la porte en me regardant de haut en bas avec une expression mêlée de dégoût et de colère.

Maintenant, si j'ai inventé tout cela ou qu'il s'agit là d'un cauchemard ; que quelqu'un veuille bien me réveiller parce que j'en ai franchement marre de faire régulièrement les mêmes rêves !

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site