le plaisir : pourquoi ?

 

Pourquoi parler de plaisir alors que tout le monde sait que quand on est en période de régime, il est bien difficile d'en avoir ?

Parce que d'abord, je n'aime pas le mot régime qui serait plutôt synonyme pour moi de "beurk" et tout le contraire du plaisir. Quand j'ai écrit mon livre "Toi, toi mon poids", il y aurait dû y avoir un chapitre entièrement consacré à cette paramètre si important dans le chemin très compliqué vers une alimentation saine - du plaisir et encore du plaisir.

Pourquoi se contenter de recevoir de son diététicien, un dossier sans doute bien complet avec toutes sortes de belles recettes qui seront soit trop coûteuses à réaliser, soit qui ne correspondront pas à nos besoins, à nos envies ou à nos goûts et qui ne nous apporteront pas de cette manière l'élément essentiel à la réussite de notre projet, s'alimenter correctement ?

Il n'y a vraiment aucune raison. Reprenez chaque recette qui ne vous conviennent pas pour une raison ou une autre et travailler avec votre diététicien à les changer une par une pour qu'elles soient équilibrées et à votre goût et celui de votre famille. Apportez-lui vos recettes favorites et voyez avec lui comment pouvoir continuer à les préparer et vous en régaler tout en les rendant bonnes pour votre santé.

Ma maman avait l'habitude de préparer des chicons (endives pour certains), elle faisait rissoler dans le fond d'une grande casserole de la saucisse (porc et boeuf) avec une belle grosse quantité de margarine voir de beurre. Elle les retirait et mettait dans la casserole un voir deux kilos de chicons qu'elle cuisait dans toutes cette graisse. Une demi-heure avant la fin de la cuisson, elle ajoutait six morceaux de sucre et les saucisses pour qu'elles terminent de cuire.

Tout ça était consommé avec une belle quantité de pommes de terre et pour couronner le tout, elle aimait ajouter du beurre dans ses pommes de terre et les écraser pour avoir un bon goût salé et gras.

Devinez tout ce que j'ai bien dû retirer pour arriver à faire de cette vieille recette quelque chose de valable en therme d'équilibre alimentaire ? Toute la graisse en premier lieu, et puis j'ai changé les saucisses pour du boeuf bien maigre dont j'ai fait des petites boulettes. J'ai gardé deux morceaux de sucre et j'ai limité la quantité de pommes de terre. Par contre les chicons, pas de problème, je m'en régale de belles grosses quantités.

Qu'en pense notre petite diététicienne en herbe, Elodie ?

Cette nouvelle manière de cuire mes chicons n'est peut-être pas encore parfaite, mais ne vaut-il quand même pas mieux garder un peu de plaisir pour après le repas avoir la double satisfaction d'avoir mangé quelque chose qu'on aime et celle encore bien plus importante de ne pas s'être remplie l'estomac avec un repas trop gras, trop sucré et trop riche en féculents.

Pensez-y ! Faites vous plaisir ...

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site